Avertissement: Consultez obligatoirement votre médecin traitant en matière de santé.

Auteur: Cathy Maillot (Ostéopathe DO spécialisé dans l'accompagnement des femmes enceintes)


Atelier vidéo gratuit ▶ Accoucher sans stress ni douleur

L’accouchement est un moment privilégié que vivent beaucoup de femmes avec impatience.

Cependant, dans 1 % des cas elles sont obligées de garder leur grossesse pendant plus longtemps que la normale.

Lisez cet article pour tout savoir sur l'accouchement après le terme médical.

 

accoucher

Pourquoi une grossesse est prolongée ?

Une grossesse normale fait 37 à 41 semaines d’absence de règles (aménorrhée).

Cela correspond à 49 semaines de grossesse.

Elle est prolongée lorsque ce délai est dépassé, c’est-à-dire quand vous entrez dans la 41ᵉ et 42ᵉ semaine.

Ainsi, si votre accouchement n’a pas lieu à ce moment, votre terme est dépassé.

Plusieurs facteurs interviennent dans ce prolongement.

Le terme de votre grossesse peut être dépassé en raison d’antécédents familiaux et personnels.

Si c’est votre premier enfant, vous courez aussi ce risque.

L'accouchement après le terme peut être aussi à cause de votre origine ethnique.

Outre ces raisons, le surpoids peut favoriser le dépassement du terme de votre grossesse.

Le poids a donc une influence importante sur la grossesse et par ricochet l'accouchement.

Comment et pourquoi pratiquer un suivi rapproché ?

La date exacte de votre terme dépend souvent de celle de vos dernières règles, c'est-à-dire lorsque vous faites votre première échographie.

Quand vous n’accouchez pas dans cette période, un suivi rapproché est mis sur pied.

Il est fait afin de s’assurer que votre grossesse se passe bien.

Vous êtes alors invité à vous rendre tous les deux jours à la maternité pour des examens.

Les médecins vont mesurer le rythme cardiaque de votre enfant.

Ils peuvent aussi pratiquer une échographie dans le simple but de surveiller la quantité de liquide amniotique.

En effet, celle-ci indique l’état de vieillissement de votre placenta.

Lorsque votre grossesse se prolonge, il existe un fort risque de mortalité et de morbidité fœtales, puisque vous avez un risque de 0,7 % à 5,8 %.

En effet, le bébé peut manquer de liquide amniotique.

Il peut aussi avoir une émission de méconium in utero et des anomalies de son rythme cardiaque.

Votre bébé court un grand risque de complications neurologiques, d’infirmité motrice cérébrale ou encore de troubles psychomoteurs.

Comment est déclenché l’accouchement ?

Le déclenchement de l’accouchement est réalisé de plusieurs manières.

Tout d’abord, il est possible pour la sage-femme ou le gynécologue-obstétricien d’effectuer le décollement des membranes.

Il lui suffit de glisser un doigt et de faire un mouvement circulaire dans le col de l’utérus.

Ceci permet de décoller les membranes de l’œuf de la paroi utérine.

Cette opération libère de façon naturelle des hormones que l’on appelle prostaglandines.

Ils servent à déclencher le travail.

Nombreuses sont les femmes chez qui ce procédé suffit.

Que faire si le décollement ne suffit pas ?

Dans ce cas, on dépose sous la forme de gel ou de comprimés les prostaglandines dans votre vagin.

Enfin, il est possible de vous placer sous perfusion d’ocytocine.

C’est une hormone de l’attachement que vous secrétez lors du travail.

Elle emmène les contractions à se produire.

C’est ce qui se serait passé en temps normal si votre travail avait commencé à la date prévue.

Le bébé ou la mère ne subit aucune conséquence quand cette injection est faite.

Compte tenu de ses risques, le dépassement est souvent craint par plusieurs femmes enceintes.

Pour ne pas en arriver, veuillez suivre scrupuleusement les instructions des médecins durant la grossesse et soyez au maximum détendue.

Atelier vidéo gratuit ▶ Accoucher sans stress ni douleur

Lire aussi:

L'article précédent : Accoucher sans pousser : est-ce possible ?

L'article suivant : Accouchement vertical : vers une véritable révolution ?