Avertissement: Consultez obligatoirement votre médecin traitant en matière de santé.

Auteur: Cathy Maillot (Ostéopathe DO spécialisé dans l'accompagnement des femmes enceintes)


ATELIER VIDEO GRATUIT : Découvrez les 4 erreurs qui peuvent faire tourner votre accouchement au cauchemar (toutes les femmes enceintes devraient regarder ces vidéos).

Le fait d’accueillir un nouveau-né est très excitant pour toute la famille et encore plus pour la jeune maman.

Néanmoins, l’accouchement même n’est pas du tout une partie de plaisir.

En réalité, l’accouchement est assez douloureux pour la jeune maman.

Toutefois, il existe aujourd’hui de nombreuses méthodes pour soulager un tant soit peu la douleur de l’accouchement.

Parmi toutes ces méthodes, il y a le protoxyde d’azote, beaucoup plus connu sous le nom de gaz hilarant.

Qu’est-ce que le protoxyde d’azote et en quoi est-il efficace lors de l’accouchement ?

Lisez cet article pour le savoir !

Le protoxyde d'azote pour accoucher : le boom du gaz hilarant ?

Qu’est-ce que le protoxyde d’azote ?

Vous avez sûrement dû, au moins une fois, entendre parler du protoxyde d’azote communément appelé gaz hilarant. C'est un gaz assez répandu qui rend les gens très euphoriques.

Le protoxyde d’azote déclenche des fous rires et parfois des hallucinations auditives et visuelles.

Les sensations d’euphories et d’hallucination créées par ce gaz ne durent qu’un très court instant.

Le protoxyde d’azote est habituellement stocké dans des cartouches pour siphon à chantilly ou dans des aérosols d’air sec.

Toutefois, le gaz hilarant est très souvent détourné de son usage traditionnel.

Il est par conséquent transféré dans des ballons de baudruche et inhalé par la bouche.

Comment utilise-t-on le protoxyde d’azote dans le cadre de l’accouchement ?

Le protoxyde d’azote s’est trouvé, en plus de ses usages traditionnels, un autre domaine d’activité.

En effet, depuis quelque temps déjà, il est fait usage du gaz hilarant lors des accouchements.

Cela peut sembler bizarre, mais c’est une méthode qui a fait ses preuves et ne cesse de conquérir son petit monde.

Le protoxyde d’azote est une excellente alternative à la traditionnelle péridurale.

Au vu de son effet instantané et de courte durée, il permet aux femmes d’accoucher dans la joie et la sérénité.

Le but de l’utilisation du protoxyde d’azote, c’est de soulager la douleur de la femme lors de l’accouchement.

Ainsi, on mélange dans une proportion égale, du protoxyde d’azote et de l’oxygène (50 % de chaque substance).

Ce mélange est par la suite administré à la future maman par le biais d’un masque..

Notez que le masque n’est pas porté tout le temps que dure l’accouchement.

En fait, à l’approche d’une contraction, la femme met le masque et inspire lentement et profondément par la bouche.

Elle expire ensuite par le nez.

La femme continue de la sorte jusqu'à l’apaisement des contractions.

Une fois les contractions passées, elle enlève le masque.

Environ une minute après, le gaz hilarant commence par faire effet.

Quels sont les avantages du protoxyde d’azote ?

L’utilisation du gaz hilarant lors de l’accouchement présente de nombreux avantages.

Comme vous l’aurez compris, il ne s’agit pas d’un procédé compliqué à mettre en place.

Le protoxyde d’azote est très facile d’utilisation.

Il n’a aucun effet négatif sur le bébé.

Il ne faut que deux à trois minutes pour que l’effet du protoxyde d’azote ne se dissipe complètement.

Le gaz hilarant vous fait oublier la douleur des contractions.

Le protoxyde d’azote ou gaz hilarant se fait petit à petit une place importante lors des accouchements.

Bon nombre de femmes ont déjà testé cette pratique et le résultat est plutôt satisfaisant.

Ce qui fait l’attrait du protoxyde d’azote, c’est qu’il vous détend sans pour autant vous déconnecter totalement de votre accouchement.

N’est-ce pas génial ?

Atelier vidéo gratuit ▶ Accoucher sans stress ni douleur

Lire aussi :

L'article précédent : Peur de l’accouchement : comment être détendue le jour J ?

L'article suivant : Quels sont les risques d’une césarienne ?